L'estuaire de la Loire, de Saint-Nazaire à Nantes n'a plus grand chose de vraiment naturel quant à son aspect physique. Depuis plusieurs siècles il a été faconné par l'esprit et la main de l'homme. Destiné à servir le principal port de France : Nantes, jusqu'au XVIIIè/XiXè siècle, il a ensuite été modifié au fur et à mesure des besoins et de l'évolution des tailles des bateaux.

Il a été configuré "en entonnoir" afin de jouer avec  les marées qui permettaient d'amener les navires jusqu'à Nantes. Il s'est avéré que, l'évolution des tirants d'eau arrivant, il a fallu plus de profondeur. On a donc fermé tous les canaux qui pompaient l'eau du fleuve; puis on a installé un port secondaire, plus en aval, à Painboeuf. Cela n'a pas suffit et le port de Saint-Nazaire a vu le jour et pris de plus en plus d'importance jusqu'à supplanter Nantes.

Du côté de la faune et de la flore, tout n'était pas rose non plus. Cette installation "en entonnoir" a favorisé un phénomène de bouchon vaseux nocif à certaines variétés de plantes. Pour drainer l'estuaire, il a donc fallu réouvrir le canaux. De plus, d'un élevage exotique se sont échappé des ibis qui ont plus ou moins colonisé l'estuaire au détriment d'espèces endémiques de la région. Le ragondin, amené par l'homme et élevé pour sa fourrure est également sorti de ses réserves pour causer de gros dégats à cause de sa voracité. Bref, un peu comme aujourd'hui, on a mené des politiques à courte vue sans se préoccuper des dommages collatéraux.

Les choses s'améliorent; l'écologie et ses problèmes commencent à envahir les esprits. Les rives sont aménagées, des réserves naturelles (l'endroit est très favorable aux migrateurs) sont organisées. On a même implanté un territoire pour les cigognes qui ont la flemme d'aller jusqu'en Alsace. Certaines préfèrent le gros-plant au sylvaner.

Tout d'abord, quelques photos d'espèces que l'on trouve le long de l'estuaire et qui ont été installées dans la partie "Jardin des Orpins et des Graminées" du jardin du tiers-paysage de la base sous-marine à Saint-Nazaire.

EP1000908 EP1000909

EP1000910 EP1000912

Une série, au fil de l'eau

P1000915

P1000973 P1000979

P1000982 P1000985

P1000989

P1000993 P1000994

P1000996 P1000998

P1010001 P1010006

P1010007

P1010022

P1010023 P1010026

P1010028

P1010029

P1010032 P1010035

P1000988