16 mai 2011

Dialogues - jeunesse & vieillesse -

Le maître et le disciple Le disciple :Comment reconnaître la vieille mouche de la jeune ?Le maître :La vieille mouche feint la jeunesse, disciple. Le disciple :Maître, en un mot comment définiriez-vous la vieillesse ?Le maître :VieillesseLe disciple :Pirouette que votre réponse, ô maître, vous m'auriez fait la même avec jeunesse.Le maître :Précisément non, disciple. Le disciple :Quand devient-on vieux, maître ?Le maître :Le jour où l'on cesse d'être un homme jeune qui souffre de vieillesse. Le disciple :Si vous me... [Lire la suite]
Posté par Claudius77 à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mai 2011

Eloge de l'homme superficiel

L'homme superficiel n'aime pas l'horizon. L'homme seperficiel vit trois ans de plus que sa soeur. L'homme superficiel urine chez les riches. L'homme superficiel perd son centre de gravité avec sa puberté. Par temps clair, l'homme superficiel peut voir jusqu'à Carcassonne. L'homme superficiel fait l'amour en Belgique. L'homme superficiel ne pense jamais à autre chose. L'homme superficiel évite la poésie qui ralentit. Les enfants de l'homme superficiel sont rarement de lui. L'homme superficiel s'assied dans le métro mais... [Lire la suite]
Posté par Claudius77 à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 avril 2011

Le saviez-vous ?

Le cerveau d'Einstein était plus petit que la moyenne, et il avait, dit-on, un léger goût de noisette.  Le corps du poulpe est relativement différent de celui du fox-terrier, alors qu'ils sont psychologiquement plus proches qu'on ne pourrait le croire. Le nombre de neurones actifs du cerveau humain est inversement proportionnel à quelque chose, mais à quoi ? Une fourmi peut porter dix fois le poids de son corps mais la pauvre d'esprit l'ignore, ne sachant compter que jusqu'à un. Dans le Pays de Corps (situé dans les... [Lire la suite]
Posté par Claudius77 à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2011

Le rire de résistance

Dans les tiroirs des chambres d'hôtels états-uniens se trouve une bible.Dans les tiroirs des chambres d'hôtels du monde entier devrait se trouver cette bible. rire (le) de résistance, de Diogène à Charlie Hebdo De Rabelais à Jarry, de Voltaire à Picabia, de Chaplin à Dario Fo en passant par Duchamp, Coluche, Bunuel, Topor, Copi, Hara-Kiri, Fumistes, zutistes et autres oulipiens... sont salués dans ce livre tous ceux qui, avec drôlerie, courage et insolence, se sont opposés à toutes les hégémonies par un rire en éclat. Jean-Michel... [Lire la suite]
Posté par Claudius77 à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 avril 2011

Dialogues - corps & esprit -

Le maître et le disciple Le disciple :Suis-je mon corps, maître, ou est-ce que je l'habite ?Le maître :Réponds d'abord à cette question : est-ce toi ou ton corps qui m'interroge ? Le disciple :Maître, la tranquillité est-elle à l'esprit ce que le sommeil est au corps ?Le maître :Tiens-toi tranquille et dors, disciple.     Le disciple :Maître, pourquoi le corps commence-t-il à décliner quand l'esprit parvient à maturité ?Le maître :Sois poli, disciple.     Le disciple :Maître, si mon corps a une ombre,... [Lire la suite]
Posté par Claudius77 à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mars 2011

Corps & Esprit

Sur la planète FH76, le corps des êtres vivants et leur esprit ne sont pas fusionnés. Il arrive ainsi que l'esprit meure bien avant le corps. Ce dernier continue de manger, de courir, de converser ou même de copuler jusqu'à ce que mort s'ensuive. L'activité corporelle peut se poursuivre plusieurs années sans que quiconque ne s'aperçoive de rien. Dans la ville de Chiannesi (Ombrie, Italie), à mardi gras, il était de coutume que chacun échangeât son esprit avec celui d'un autre, les femmes jouant aux hommes, les enfants aux... [Lire la suite]
Posté par Claudius77 à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 février 2011

Tout bouge autour de moi

Me voilà au restaurant de l'hôtel Karibe avec mon ami Rodney Saint-Eloi, éditeur de Mémoire d'encrier, qui vient d'arriver de Montréal. Au pied de la table, deux grosses valises remplies de ses dernières parutions. J'attendais cette langouste (sur la carte c'était écrit homard) et Saint-Eloi, un poisson gros sel. J'avais déjà entamé le pain quand j'ai entendu une terrible explosion. Au dé but j'ai cru percevoir le bruit d'une mitrailleuse (certains diront un train), juste dans mon dos. En voyant passer les cuisiniers en trombe, j'ai... [Lire la suite]
Posté par Claudius77 à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 janvier 2011

Comment devenir quelqu'un

Ma vie est merdique, je vais la supprimer. J'en ai marre de trimbaler des cons qui puent l'after-shave et renversent de la coke sur la banquette arrière. Je suis bourré de pastis et de Prozac et j'emmerde leurs brushings de sitcom brésilien. Comment en suis-je arrivé là ? J'en sais rien. Quand j'étais petit, je croyais que j'avais toute la vie devant moi. Maintenant je suis un gros beauf, chauffeur intérimaire sur Paris-Couronne, et sous moi coule la rue de Rivoli. Je longe des appartements cossus avec vue sur les Tuileries, remplis... [Lire la suite]
Posté par Claudius77 à 07:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
12 janvier 2011

Mou

C'était un garçon magnifiquement indolent et qui avait donné toutes les preuves de sa flemme rayonnante, mais il possédait un minuscule savoir-faire dont il tirait le meilleur parti : il savait shooter les coups francs.Le paradoxe de sa compétence était fondée sur le contraire même du football : la mollesse. Tout son art résidait dans une certaine nonchalance du pied, une grande incertitude de la cheville au moment de la frappe qui donnait à sa balle une trajectoire chaloupée, négligente.Les gardiens de but, qui vivaient leur art dans... [Lire la suite]
Posté par Claudius77 à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 novembre 2010

L'envie des mets

... comme je rentrais à la maison, ma mère, voyant que j'avais chaud, me proposa de me faire prendre, contre mon habitude, un bock de bière. Je refusai d'abord et, je ne sais pourquoi, me ravisai. Elle envoya chercher une de ces charcuteries onctueuses et charnues appelées Rillettes du Mans. Et bientôt, machinalement, accablé par la morne journée et la perspective d'un triste lendemain, je portai à mes lèvres le verre de bière où j'avais laissé s'amollir une tartine de rillettes. Mais à l'instant même où la gorgée mêlée des miettes du... [Lire la suite]
Posté par Claudius77 à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]