Quelle est votre couleur préférée ? A cette question bateau, que ne se lassent pas de poser les instituts de sondage et d'études d'opinion censés cerner le goût des consommateurs, le vert arrive en deuxième position. Loin derrière le bleu, certes, mais devant toutes les autres. Une belle performance pour cette couleur longtemps mal-aimée, parce qu'elle est "ambivalente sinon ambiguë", comme le souligne l'historien Michel Pastoureau, qui a consacré un ouvrage au sujet.

vert

Comment définir cette couleur réputée apaisante pour les yeux et l'esprit ?

Le vert est l'une des trois couleurs primaires de la synthèse additive qui, avec le bleu et le rouge, donne la lumière blanche ; associé à l'un ou à l'autre, il produit du jaune ou du cyan. Selon ces préceptes, regroupés sous le terme de théorie des couleurs (la couleur d'un objet provient de la lumière qu'il absorbe et renvoie), le vert joue donc un rôle primordial. Pourtant, aujourd'hui encore, c'est la théorie du XVIIIe siècle, faisant du jaune la troisième couleur primaire et rétrogradant le vert au second plan, qui prévaut largement.

Le monde de l'art ne s'est pas montré tendre avec lui. Pour lezs peintres, en effet, le pigment a surtout été une source d'ennuis techniques. Matière imprévisible, difficile à fixer, le vert végétal résistait peu à la lumière. Le vert minéral, lui, était hors de prix, et certains verts obtenus par la chimie se sont révélés toxiques - ce dernier chapitre est à l'origine de l'aversion du monde du théâtre pour le vert, car pour êtres clinquants, les costumes de scène étaient teints à l'oxyde de cuivre ou au cyanure, véritables poisons pouvant entraîner la mort.

 

vert1

Paolo Véronèse "Lucrèce" [détail],1580-1583
Attention aux idées reçues : le fameux "vert Véronèse" n'est pas une invention de l'artiste,
mais un pigment artificiel créé au XIXe siècle, l'arséniate de cuivre.

 

vert2

Federico Carlotis Miniature du Codex Capodilista, vers 1435-1440
Au Moyen Âge, pour les parades, joutes et cérémonies, les chevaux portaient souvent des housses vertes,
couleur de la jeunesse et de l'amour dans le code chevaleresque.

 

vert3

Lorenzo Lotto Retable du Saint-Esprit [détail], 1521
Le détail qui tue : les chaussettes vertes de Saint Antoine abbé.
Le vert des vêtements liturgiques de certaines messes peut évoquer la charité et la sagesse.

 

vert4

Martial Raysse Made in Japan - La Grande Odalisque, 1964
Quelle couleur, mieux que le vert, pouvait être utilisée pour détourner et désacraliser La Grande Odalisque ?
Devenue pop, elle n'a plus rien de la femme sensuelle peinte par Ingres.

 

vert5

Fabrice  Hyber L'Homme de Bessines, 1991
Pour répondre à une commande publique à Bessines (Deux-Sèvres), l'artiste a imaginé "une invasion de petits bonshommes verts",
comme si des extraterrestres débarquaient en ville.

 

Source : Daphné Bétard, pour Beaux-Art magazine