Les habitants de Sihjuk (Lahbikistan) célèbrent chaque année la fête du hasard. Chacun tire au hasard secrètement la date de célébration et, ce jour venu, soumet ses décisions à un jet de dés dont le résultat est respecté à la lettre. Beaucoup se saisissent de cette occasion pour démissionner, divorcer, voire partir très loin, bref agir enfin, tout en pouvant accuser le hasard.

Le département de probabilité de l'université d'Alcalajara (Mexique) a prouvé que si en vous baladant aléatoirement, vous abordez plusieurs fois une personne - toujours par hasard - et qu'à chaque fois elle se trouve être l'un de vos très proches, voire votre femme ou même votre enfant, c'est que vous vous promenez chez vous.

L'akunit, langue du peuple d'Akun qui habite les pentes du Mount Perseverance (Canada occidental), n'a pas de mot pour "hasard". Le mot qui s'en rapproche le plus est "jijuk"; il signifie à peu près "ignorance liée à la jeunesse". Car les vieux de la tribu pensent que s'ils vivaient assez longtemps, ils sauraient, par la connaissance et l'observation, si un dé lancé va donner un six, une pièce retomber sur pile, ou une femme donner naissance à une fille ou un garçon.

serpent

Le disciple :
Le hasard gouverne-il la moitié de nos action, Maître ?

Le Maître :
Oui, disciple, et l'autre moitié se déroule au gré de la Providence.

serpent

"Il faut que le hasard renverse la fourmi pour qu'elle voit le ciel", dit un proverbe arabe.
Mais ça marche aussi avec le doigt

serpent

Les bribes de non-sens d'Hervé Le Tellier