sardinerie
Peder Severin KrØyer : " Sardinerie à Concarneau " 1879

A la fin du XIXè siècle, en Bretagne, les conserveries de sardines étaient infestées de rats. Personne ne savait comment se débarrasser de ces animaux. Pas question d'introduire des chats, qui auraient préféré manger des sardines immobiles plutôt que ces rongeurs fuyants.

On eut alors l'idée de coudre le cul d'un rat vivant avec du gros crin de cheval. Dans l'impossibilité de rejeter normalement ses défections, le rat, continuant de manger, devenait fou de souleur et de rage. Il se transformait en minifauve, verritable terreur pour ses congénères qu'il blessait et faisait fuir.

L'ouvrière qui acceptait d'accomplir cette sale besogne obtenait les faveurs de la direction, une augmentation de salaire, et une promotion au titre de contremaîtresse. Mais pour les autres ouvrières de la sardinerie, la "couseuse de cul de rat" était une traîtresse. Car tant que l'une d'elles acceptait de coudre le cul des rats, cette répugnante pratique se perpétuerait.

rat