Lyon est une fort belle ville, où la société est très bien montée.
On y jouit de la vie méthodiquement.

Casanova [Voyage à Paris ♦ 1750]

 

Ceci étant dit, reprenons notre visite.
Un petit coup de funiculaire pour atteindre les théâtres Gallo-Romains

 

L’Odéon gallo-romain de Lyon fut construit au début du IIe siècle. Il mesure 73 mètres de diamètre pour une capacité d’environ 3000 places. Cet édifice accueillait principalement des spectacles de musique et aux conférences.

P1130814   P1130819

... puis le théâtre antique

P1130817   P1130818

Comme on peut le constater, les colonnes s'y promènent en toute liberté ...

P1130831

... mais attention, le moindre faux-pas et c'est la prison ...

P1130822

... voire pire ...

P1130821

... comme en atteste un tag de l'époque

P1130823

Sortis du mur

P1130824 P1130826

 

On continue la montée et on atteint enfin le sommet de Fourvière, avec sa gardienne, la vierge de Fabisch

P1020079

... qui délègue à son guide Jean-Paul le deuxième...

P1130835

...le soin de nous faire visiter ses appartements

P1130840 P1130841

P1130842  P1130843

bénite, certes, mais tiède et pas propre

P1130850

.. un cygne en hommage aux volatiles qui ont financé et construit cette basilique

P1130854 P1130853

P1130855  P1130862

P1130856

 

 

Retour dans le vieux Lyon

P1130870 P1130869

L'horloger de Saint-Paul

P1130875  P1130873

Le "pot lyonnais" est une bouteille au fond très épais ayant une contenance d'exactement 46 centilitres.
C'est au XIXème siècle que le pot lyonnais fit son apparition. Les canuts ou "soyeux", en effet, avaient droit à 50cl de vin payé par le patron. Ces derniers, pour les exploiter un peu plus, firent réduire la contenance du pot de 50cl à 46cl. De cette manière il était donc possible de remplir, avec 1 litre de vin, 2 pots + le verre du patron !

P1130871   P1130872

 

P1130877  P1130879

 

P1130878

Ca séduit, ça entrechatte ...

P1130880  P1130881

... et ça marche

P1130887

... jusqu'au parc de la tête d'or ...

P1130936 P1130938

P1130942

... où la canicule favorise l'ambiance savane et fait apparaître de curieux lyonnais

P1130911 P1130914

Créé en 1858, dans le Parc de la Tête d'Or, le Jardin Zoologique de Lyon est l'un des plus ancien d'Europe. C'était alors la grande période des ménageries et parcs d'acclimatation : Paris (1793), Londres (1828), Amsterdam (1838), Berlin (1844), Anvers (1848); c'était aussi l'arrivée en 1826 à Marseille, dans un enthousiasme quasi national de la célèbre girafe du pacha d'Egypte, qui après avoir voyagé à pied et séjourné plusieurs jours Place Bellecour, vivra plus de vingt ans à la ménagerie du Jardin des Plantes de Paris. Sous la direction de l'ingénieur en chef Bonnet, le Jardin Zoologique accueillait au printemps 1858 ses premiers pensionnaires, vingt daims dont les descendants constituent la harde actuelle.

P1130929 P1130917

P1130918 P1130923

P1130929 P1130936

P1020109 P1020110

P1130931  P1130932

P1020108

P1130900 P1130905

P1130938 P1130942

trolley pour un retour sur le centre ville

P1130943

 

Au centre de la place Terreaux se trouve une fontaine allégorique de la Saône par Bartholdi. Cette fontaine était à l'origine destinée à la ville de Bordeaux et représentait la Garonne et ses 4 affluents se jetant dans l'océan ; le tout étant symbolisé par une femme menant un Quadrige. A la suite de l'Exposition Universelle de 1889, le monument, devenu trop cher pour Bordeaux, fut racheté en 1890 par le maire de Lyon, Antoine Gailleton.

P1130888

P1130889   P1130890

Vous aurez noté ces charmantes muses qui ornent la corniche de l'Opéra. Tiens, elles ne sont que 8, il en manque une ! Tout simplement parce que Uranie, la muse de l'Astronomie, ne fait pas partie des Arts. Elle n'avait donc pas sa place à côté de ses copines. Elles furent refaites en fonte lors de la restauration, puis recouvertes de silicone pour leur donner l'aspect de la pierre.
Des Muses siliconées !

P1130895

P1130896

P1130898 P1130902

 

En vrac

P1020095

P1020081 P1020087

P1020082

P1020093

 

Pour terminer, je voudrais vous signaler quelques associations qui font régner l'ordre ou le désordre, c'est selon :

L'ordre du Clou :

  • association d'amateurs d'humour lyonnais, de faiseurs de calembours de première, créée en 1950. Chaque nouveau membre doit apporter un clou. Dans le même genre, l'association des  Humoristes lyonnais fut crée en 1929.

Les Francs-Mâchons :

  • association de bons mangeurs. Ils se réunissent une fois par semaine ... pour manger.

L'ordre de la Raie :

  • encore des gastronomes qui rendent hommage à toutes les formes d'accomodement de ce poisson.

Les Boyaux rouges :

  • association vineuse de défense du vin du Beaujolais, créée en réaction (amicale) aux Ventres jaunes de la Bresse.

L'ordre du Mérite de Gnafron :

  • défend les bouchons traditionnels. Tous les ans il décerne un prix.

L'ordre de la Quenelle :

  • prend fait et cause pour cette chose sans défense qui subit de véritables abus de pouvoir sans pouvoir rien dire. La quenelle agréée par l'ordre doit contenir au moins 25% de brochet. On ne rigole pas avec la quenelle.

L'académie du Tablier de sapeur :

L'académie du Lapin :

  • les membres sont nommés à vie et il n'y en a que sept : les deux pattes avant, les deux pattes arrière, les deux oreilles et la queue. Ils se réunissent une fois par mois pour un mémorable (de lapin, bien sûr) moment culinaire qui se termine fort tard.

Les Frères du quatrième :

  • amateurs d'opéra qui assistent ensemble aux opéras ... du quatrième balcon.

Les amis de Guignol :

  • comme son nom l'indique, ils défendent les textes classiques de Mourguet

il y en a comme ça une centaine d'autres.

 

P1130861