"Il est frappant de constater comment les publications de presse ont évolué ces dernières décennies. Ci-dessous, la couverture d'un recueil rassemblant des articles de presse underground sur la révolution sexuelle. La moitié de ces papiers parus tranquillement dans les années 1970 seraient interdits aujourd'hui. Il y a des sujets sur lesquels il est devenu impossible d'écrire ou de faire de l'humour.

Pourtant, il fut un temps où l'on pouvait plaisanter avec tous les sujets, même la prostitution, les perversions, les orgies, ce qui permettait de prendre de la distance comme de montrer notre part d'ombre.

Je me souviens de cette série de dessins rieurs de Crumb que l'on avait publiés dans Actuel : on y voyait des scènes sexuelles joyeuses mêlant famille, animaux ... et même enfants ! Le deuxième degré sur ce sujet est inimaginable aujourd'hui. Le journal mettrait en péril sa survie économique avec les procès, la perte d'une partie de ses annonceurs... En 2011, l'affaire DSK en a encore remis une couche : il y a maintenant, planant au-dessus de nos têtes, cette figure du déviant, du salaud, du 'perv' comme l'ont appelé les Américains, du baiseur incontrôlable. Cela a provoqué un déferlement de moralisme.

Heureusement, certains mouvements mondiaux comme les SlutWalks (les 'marches des salopes') s'invitent avec audace et humour dans le débat sur la sexualité, le viol ou le harcèlement. Avec pour seules armes pancartes et minijupes, ces femmes revendiquent le droit de s'habiller comme bon leur semble, d'être sexy sans être considérées comme des proies. Ce que nous devrions tous faire, sans qu'on nous damne."

Frédéric Joignot, romancier, ancien d'Actuel, journaliste au Monde.

sexpress   sexpress1