Dans le parc de Matignon, entre deux dossiers brûlants et dix calculs politiques, Jean-Marc Ayrault peut songer à la postérité en passant en revue les arbres plantés par ses prédécesseurs.

Depuis Raymond Barre en 1979, tous les chefs de gouvernement - hormis Jacques Chirac - se sont pliés au rituel : planter un arbre dans le jardin de 2,5 hectares. L'économiste a inauguré la tradition lorsque des écoliers canadiens lui ont offert un jeune érable.

La symbolique n'est jamais loin. Jean-Pierre Raffarin a mis en terre un arbre de fer, Dominique de Villepin un solide chêne pédonculé. Edith Cresson planta même un "arbre aux quarantes écus" (ou Ginkgo biloba) en pleine négociation du traité de Maastricht.

Interrogé en juin par des enfants lors d'une visite scolaire, l'actuel premier ministre a précisé : "J'ai une petite idée... J'ai pensé aux magnolias." Le premier spécimen de cette espèce originaire d'Amérique du Nord est arrivé en Europe via le port de Nantes, en 1711. Jean-Marc Ayrault a été maire de cette ville pendant vingt-trois ans. La plantation du treizième arbre de Premier ministre a eu lieu ces jours-ci, car "A la Sainte Catherine, tout bois prend racine."

magnolias

Source : A. D. pour Neon