J'ai fait la connaissance des gens dont je vais vous parler grâce à une revue bimestrielle : "Nouvelles Clés", sous-titrée "retrouver du sens".

cl_s67_big

Au temps où il dirigeait son groupe (transport, supermarchés, hôtels), Michel Valentin était un dur. Nul n'aurait pu imaginer qu'en 2005, à 49 ans, il deviendrait le patron des Amanins, vitrine de l'écologie humaniste à La Roche-sur-Grâne dans la Drôme et lieu de convivialité, inspiré des idées du paysan philosophe Pierre Rabhi.


Quelques années plus tard, c'est un lieu pilote que l'on vient voir de loin. Les idées vertes commencent à imprégner le tissu économique. . Michel Valentin reconnaît que sa compagne Isabelle a contribué à sa métamorphose. A vrai dire, rien ne prédestinait non plus l'institutrice Isabelle Peloux, lyonnaise d'origine bourgeoise et catholique, à se lancer elle aussi dans l'aventure. Mais les enseignants aussi cherchent à muter. A 43 ans, Isabelle a quitté son job et doublé l'étonnant centre de vacances écolo d'une école primaire dédiée aux pédagogies collaboratives. Celles-ci valent aussi pour les adultes qui apprennent les techniques dont les "rurbains" ont besoin au XXIè siècle : construire soi-même sa maison, concevoir un potager auto-suffisant, devenir indépendant énergétiquement.

Et aussi s'ouvrir à l'esprit de partage : Michel Valentin a légué son capital à une Scop (société coopérative ouvrière de production), où tous les salaires sont égaux, les décisions prises en commun, la responsabilité de chacun privilégiée. On connaissait ce typze d'évolution dans les pays nordiques ou anglo-saxons. En France, c'est nouveau.

Pierre Rabhi nous parle de décroissance et de sobriété heureuse 

"Dans le système où nous sommes, plutôt que de se poser la question s'il y existe une vie après la mort, bientôt on va se demander s'il y a une vie avant la mort".