La revue New Scientist a un courrier des lecteurs. Il s'agit même plutôt d'une rubrique "les lecteurs répondent aux lecteurs".
Les questions sont parfois de bon sens ou simplement farfelues. Il se trouvera toujours un scientifique (ou un passionné) pour apporter une réponse.
Régulièrement, ces échanges font l'objet d'un recueil.
Il y a eu "Pourquoi les manchots n'ont pas froid aux pieds ?" et "Mais qui mange les guêpes ?" et maintenant, le dernier, "Les ours blancs ont-ils le blues ?"

ours

Je vous en extrais cette passionnante question d'un certain David Thomas :

Un routier doit passer sur un pont limité à 5 tonnes. Lui et son camion pèsent 4950 kg, et il passerait sans sa cargaison de pigeons, 100 kg. Au moment de traverser le pont, il tape sur la paroi du camion pour que les pigeons s'envolent : est-ce une bonne idée ?


La réponse de Leigh Hunt:

Hélas, je crains que ce ne soit pas une bonne idée. Imaginez que le camion transporte un hélicoptère en vol stationnaire; le camion ne supportera pas le poids de la machine, mais la pression de l'air dirigée vers le bas, ce qui revient au même. Les ailes de pigeon font le même effet.

La réponse de Simon Iveson, université de Jogjakarta, Indonésie :

La réponse dépend de la structure du camion. Si c'est une boîte fermée, ça ne marchera pas. Le poids des pigeons posés sera transféré directement au camion, et les pigeons en vol génèreront une circulation d'air, c'est-à-dire une pression équivalente à leur poids. L'idée du vol n'a donc aucun intérêt.
La seule solution serait que le camion soit très haut et que le chauffeur entraîne ses pigeons à sauter d'un perchoir situé en haut du camion et à ne plus battre des ailes à un signal donné. Les oiseaux tomberaient alors en chute libre, et il faudrait que le camion ait passé le pont au moment où ils retombent.
Mais il faudrait un camion très haut : 2 mètres donneraient 0,64 secondes pour passer le pont. On pourrait doubler ce temps en entraînant les pigeons à sauter vers le plafond puis à se laisser retomber sans battre des ailes, mais c'est peut-être beaucoup leur demander.
Une solution plus raisonnable serait que le camion ait une grande ouverture vers le haut et vers le bas, de façon qu'un courant d'air permanent s'établisse et permette aux pigeons de voler tranquillement sans que leur poids s'applique au camion. Mais rien n'est simple : il faudrait aussi percer le pont, sans quoi les pigeons exerceraient une force sur lui. L'idéal serait un pont avec juste deux traverses pour les roues.
Bon courage.

La réponse de Frank Buxton :

La réponse de l'ingénieur est oui.

Le surpoids de 50 kg représente 1% de la charge maximale, soit bien plus que celui occasionné par le passage sur le moindre caillou. Et je ne conseille à personne d'emprunter un pont dont les caractéristiques n'ont pas été calculées à plus de 1% près.