Robert Tatin est né le 9 janvier 1902 à l'Epine d'Avesnières à Laval en Mayenne dans un milieu modeste et contrasté, entre un père Dreyfusard et une mère catholique pratiquante.

En 1909, il s'assoit sur les bancs de l'école communale, jusqu'au certificat d'études. Il commencera ensuite son entrée dans la vie professionnelle par un apprentissage de peintre en bâtiment. Il entre alors dans la voie de la construction et de la création qu'il ne quittera plus jamais.

Dès 1918, il s'installe à Paris à dix-sept ans en tant qu'ouvrier peintre-décorateur. En parallèle, il étudie le dessin et la peinture en fréquentant des académies libres. Il est inscrit à l'Ecole des Beaux Arts de Paris et à l'atelier de fresque de l'Ecole des Arts Appliqués.

De 1922 à 1924, il fait son service militaire à Chartres où il suit des cours du soir de trigonométrie, de géométrie descriptive et de géométrie dans l'espace.

Rentré à Laval, il entamme à vingt-trois ans une formation de charpentier de plusieurs années.

A vingt-huit ans, en 1930, il crée à Laval son entreprise en bâtiment qui s'accroit très rapidement.  C'est une période prospère pendant laquelle Tatin voyage beaucoup. Il découvre ainsi plusieurs pays d'Europe, l'Afrique du nord et New-York en 1938.

En 1945, profondément marqué par les horreurs de la guerre, il décide de se lancer dans une vie artistique sans concessions. C'est un tournant capital dans sa vie de créateur. En 1947, il crée à Paris un atelier de céramique et de peinture. En participant à la reconstruction du « Paris culturel », il fréquente Prévert, Breton, Cocteau, Giacometti, Dubuffet, et jouit d'une reconnaissance nationale.

En 1950, Tatin décide de quitter la France. Il part pour le Brésil et travaille d'abord pour Matarazzo Sobrhino (directeur du musée des Beaux Arts de Sao Paulo et riche industriel) comme peintre, sculpteur et céramiste. Il fait partie d'une équipe de techniciens et de chimistes qui étudie les hautes températures. Tatin approfondit ses connaissances dans le domaine de la céramique. En 1951, il expose à la première biennale de Sao Paulo et obtient le premier prix de sculpture. Il traversera ensuite l'Amérique du Sud : Argentine, Uruguay, Paraguay et Chili jusqu'à la Terre de Feu. Au contact des Amérindiens, Tatin se libère complètement des dogmes académiques et élargit son registre de formes et de couleurs. Sa notoriété devient internationale.

De retour en France en 1955, il s'installe à Vence, travaille à Laval et à Paris. Dans le domaine de la peinture, c'est à cette période qu'il affirme toute l'étendue de sa technique picturale. Il expose à Paris, notamment dans la Galerie de l'Université de Robert Steindecker, devenu son mécène. En 1961, il décroche le prix de la critique à Paris.

 

En 1962, Robert Tatin revient définitivement en Mayenne, achète une petite maison à Cossé-le-Vivien et se lance, en compagnie de sa jeune épouse Lise, dans la construction de sa « Maison des Champs ».

                   

2010_207_1_2010_206_1_

2010_208_1_

 

Plan de l'ensemble : la maison, attenant à la maison, le musée, pour partie "plein air et pour une autre partie composé de salles où figurent peintures et photos.

On entre dans la propriété par l'allée des géants (cliquez sur les photos pour les agrandir)

tatin

l'allée des géants, une illusion d'optique donne un effet à la perspective, les premières statues mesurent aux environs d'1m50 alors que celles du bas avoisinent les 4 mètres

2010_254_1_ 2010_253_1_
2010_252_1_ 2010_251_1_
2010_250_1_ 2010_249_1_
2010_248_1_ 2010_247_1_
2010_246_1_ 2010_245_1_
2010_244_1_ 2010_241_1_
2010_242_1_ 2010_243_1_
2010_240_1_ 2010_239_1_
2010_238_1_ 2010_237_1_
2010_236_1_ 2010_235_1_
2010_234

Le musée proprement dit, avec ce qui devait, à l'origine, être l'entrée

2010_212_1_

2010_210_1_     2010_211_1_

2010_184_1_ 2010_185_1_ 2010_188_1_
2010_195_1_ 2010_191_1_ 2010_196_1_
2010_197_1_

2010_198_1_ 2010_200_1_ 2010_199_1_

2010_187_1_ 2010_201_1_ 2010_204_1_

2010_184_1_ 2010_194_1_ 2010_192_1_

2010_182_1_ 2010_181_1_ 2010_183_1_

2010_214_1_

à la droite du puits, on chemine en direction du champ des sculptures

2010_218_1_

Bernadette Nel

Les grandes orgues cosmiques aux déesses tutélaires 2004
peinture sur tubes PVC

« Pour le musée Tatin j'ai composé une forme avec 21 fûts dressés vers le ciel, communiant dans l'élévation, et reliant ainsi fondamentalement la terre à l'air. Peinture, volume et musique s'y confondent, pour peu que le vent de la Mayenne s'en mêle. »

http://www.bernadettenel.com/index2.html


 

Anthony Trossais

Starshaman2010_219_1_ 2006 acier galvanisé riveté

"Il y a six ans, j'ai eu une drôle de sensation en revenant pour la première fois à la ferme familiale quand mes parents ont pris leur retraite. Voir les champs vides autour des bâtiments, c'était une partie de mon enfance qui s'en allait. Alors j'ai dit à mon père : "Je vais te constituer un nouveau cheptel. Mais cette fois-ci il sera de métal." Dès lors je me lançais dans la création du géniteur : le taureau..."

http://tonitorfer.over-blog.com/reglemen(..)


2010_221_1_

Dominique Coutelle

Le baiser à la maîtresse du vent  2001 résine chargée à la poudre de bronze

« C'est un rêve déjà ancien chez moi de voir mon travail côtoyer celui de Robert Tatin pour qui j'éprouve une profonde admiration (...) je saisis avec bonheur l'occasion de voir une de mes sculptures s'installer durablement à la Frénouse. »

http://www.artsiteweb.com/coutelle

             

2010_222_1_

Pol Richard

1999
acier oxydé et pierre
« Pour entrer en contact avec ma sculpture, comme avec beaucoup d'oeuvres abstraites, il est nécessaire de ne pas chercher un lien direct entre celle-ci et une forme connue. »

http://polrichard.perso.sfr.fr

             

Le parc est également très agréable à visiter avec son jardin de pierres, sa rose des vents et sa végétation naturelle

2010_224   2010_260_1_  2010_262_1_

La visite se termine par la grange qui reçoit régulièrement des expositions invitées, ce jour-là : Imagésens de Dominique Guédon

2010_269

2010_264     2010_268

2010_266     2010_267

2010_265


Et voilà, fin de la visite


2010_159

... et n'oubliez pas le guide (il se fait payer en "commentaires" ci-dessous)

Renseignements complémentaires : Le musée de Robert Tatin d'où j'ai tiré la biographie de l'artiste