Trou aux Biches, Blue Bay, Flic en Flac, la renommée des plages qui longent la côte mauricienne n'est plus à faire. Depuis les années 1970, l'économie du pays est devenue étroitement dépendante du tourisme. Les grands complexes hôteliers ont fleuri un peu partout, vivant souvent en vase clos, à bonne distance des villages. Le gouvernement mauricien rêve d'atteindre les deux millions de visiteurs dans une dizaine d'années. Ce ne sera pas sans conséquence sur la qualité de l'eau et la survie de la barrière de corail.

A Flic en Flac, ou nous logions (location d'appartement, ce qui ne nous a pas coupé de la vie locale), nous allions tous les deux jours à la plage et je commençais toujours cette journée par un "safari plage"de près de deux heures, une balade plante des pieds dans l'océan Indien, nez au vent et appareil photo prêt à emmagasiner.

(prenez le temps de cliquer sur les photos pour les agrandir)

La barrière de corail, située à quelques dizaines de mètres de la plage, est la première à subir les assauts de l'océan. Le spectacle est magnifique, mais désastreux pour le corail et pour la faune qui s'y abrite. Sur la plage, on voit souvent des débris ramenés par les vagues finissantes. Autre conséquence, le poisson pierre, un des plus venimeux à cause de ses nageoires aux épines empoisonnées se rapproche dangereusement de la côte.

a_008_1_ a_009_1_ a_010_1_

a_011_1_ a_014_1_ a_019_1_

a_024_1_ a_027_1_ a_030_1_

a_056_1_

a_057_1_

a_058_1_

a_062_1_

a_072_1_

a_070_1_

a_064_1_

a_066_1_ a_067_1_

a_074_1_

a_071_1_

a_077_1_

a_065_1_

a_391_1_ a_392_1_ a_394_1_

a_395_1_ a_397_1_ a_760_1_

a_762 c_022 c_037

c_369_1_ c_375 c_370_1_

c_630_1_ c_634_1_ c_631_1_

c_639

a_432_1_ a_441_1_   a_444_1_

a_449_1_