(rappel : cliquez sur les photos pour les voir "taille normale")

Le lever du soleil sur la terrasse de la chambre de l'hôtel, il est huit heures du matin.

avril_118 avril_117 avril_119

Nous sommes au 5ème étage; en face de nous, sur les terrasses de l'immeuble d'en face et parmi les toits de Madrid, de curieuses petites maisons derrière lesquelles le soleil apparait. Sur la photo du centre on peut apercevoir la façade "rouille" du forum Caixa et une partie de la façade végétale qui le jouxte (voir début du billet précédent).

Au programme aujourd'hui, le Real jardin Botanico, le musée Thyssen, la Gran Via et le Palacio Real.

Le jardin botanique a été créé en 1755 sur la requête du roi Ferdinand VI qui y fit installer une collection de 2000 plantes.Cette collection a été transférée au Paseo del Prado et inaugurée en 1781.. Le jardin se divise en plusieurs sections qui abritent chacune un ensemble d'espèces végétales. Depuis sa création le jardin dispose d'une bibliothèque et d'archives qui accumulent les informations sur ce lieu depuis 1775.Ce n'est pas seulement un centre de découverte du monde végétal, il offre aussi une agréable promenade purifiante et bienfaisante (surtout avec une température de 36 degrés) et on peut y voir diverses expositions et assister à des évènements saisonniers.

planjardin_botanique

avril_120_1_   avril_121_1_

avril_122_1_ avril_123_1_ avril_124_1_
avril_132_1_ avril_133_1_ avril_135_1_

avril_137_1_   avril_136_1_

avril_138_1_ avril_139_1_ avril_140_1_
avril_141_1_ avril_145_1_ avril_157_1_

avril_134_1_   avril_144_1_

avril_146_1_

avril_147_1_

avril_148_1_

En exposition extérieure, au détour des allées, on pouvait voir les sculptures de José G. Onieva; l'exposition s'intitulait Aequilibrium

avril_125_1_ avril_126_1_ avril_127_1_ avril_128_1_

avril_129_1_ avril_130_1_ avril_131_1_ avril_149_1_

avril_158 avril_159 avril_160

avril_161_1_

Bon, après cette petite pause, on continue la visite par les serres du jardin.

avril_162 avril_163_1_ avril_169_1_

avril_165_1_

avril_168_1_

avril_170_1_


avril_171_1_   avril_172_1_


avril_173_1_ avril_174 avril_175_1_

avril_176_1_ avril_177_1_ avril_178_1_

avril_180 avril_179_1_ avril_181_1_


avril_182_1_   avril_183_1_


avril_184_1_


avril_164_1_

Et voilà, nous avons quitté l'ombre salvatrice des arbres exotiques et la touffeur des serres du jardin botanique royal pour aller, quelques centaines de mètres plus loin, de l'autre côté du Passeo del Prado s'engouffrer dans le Museo Thyssen-Bornemisza. Ce sera ma seule déception du séjour. Le prix d'entrée est prohibitif, et la part belle est faite aux primitifs italiens et flamands, aux portraits de la renaissance et à la peinture allemande, au fauvisme et à l'impressionnisme. Ce n'est pas ma tasse de thé. Seules 2 ou 3 salles contiennent des oeuvres du 20ème, un peu de pop art et d'avant-gardisme. Les photos sont interdites (même sans flash et on bute sur un gardien tous les 2 mètres cinquante.
Ci-dessous, la seule photo que j'ai pu prendre :

avril_185_1_

Nous avons décidé de rejoindre le Palacio Real en empruntant la Gran Via, une superbe avenue bordée de façades grandioses et arpentée par une foule nombreuse, cosmopolite et bigarrée.

avril_186   avril_187

 

avril_188_1_   avril_190_1_

 

avril_191   avril_193_1_

 

avril_195   avril_196

 

avril_197_1_   avril_199_1_

 

avril_200_1_   avril_202_1_

avril_203_1_   avril_205_1_

avril_206   avril_209

avril_210_1_   avril_211_1_

avril_212_1_ avril_214

Il était 15 heures passées et notre pantagruélique petit déjeuner, qui avait fourni les calories nécessaires à ces 5 heures de marche, était très loin; nous avons donc décidé de manger un morceau et nous nous sommes arrêté là, pour nous sustenter et nous reposer. Etant sur les "Champs Elysées" madrilène, il ne fallait pas s'attendre à de petits prix, mais bon, il faut de temps à autre refaire le plein.

avril_231_1_

avril_217_1_ avril_218

Ah, qu'il est doux de s'alimenter et de s'abreuver tout en appréciant le spectacle de la rue !

avril_215 avril_221 avril_222 avril_224_1_
avril_220 avril_219
avril_225_1_ avril_227 avril_226_1_

... et après avoir fait le plein, évidemment ...

avril_228   avril_230

(remarquez l'attention des propriétaires qui ont poussé la délicatesse jusqu'à faire figurer un petit insecte dans chaque cuvette et urinoir afin que l'usager des lieux n'ait pas la tentation d'arroser les environs)

avril_233_1_   avril_232_1_

avril_234   avril_235_1_

avril_236 avril_237

avril_241_1_   avril_238_1_

avril_247   avril_242

avril_245_1_   avril_243   avril_249

avril_251_1_ avril_250_1_

avril_254_1_ avril_256

avril_463_1_   avril_462

20 heures, un petit tour à l'hôtel pour attendre l'heure espagnole du dîner et comme on en avait plein notre derrière (pour ne pas dire plein le cul), contrairement à l'usage habituel

avril_264

Puis, vers 22 heures nous sommes allés du côté de la Chueca déguster une paella arrosée d'un grand pichet bien frais de sangria

avril_465_1_

avril_464_1_

Dans tous les bars du quartier des écrans géants retransmettaient le match Barcelone/Inter de Milan. Les commentaires allaient bon train, les rues étaient animées et remplies d'aficionados. Certains n'hésitaient pas à rester de longues minutes dans des positions inconfortables pour ne rien louper. L'humeur de la foule et les clameurs variaient suivant les phases de jeu.

Soudain, de grands cris de joie et des clameurs d'enthousiasme, Barcelone avait donc gagné ? Pas du tout, c'était l'Inter de Milan qui avait remporté le match, renvoyant l'ennemi juré de Madrid, Barcelone, dans ses foyers. Ah, les joies primaires des supporters !

Nous, on s'en foutait (footait, même) totalement, la panse repue, les jambes dans le corps, un seul but après cette longue journée (on était même le lendemain) :

avril_263