Je lis régulièrement Télérama. Souvent les "brèves" les plus pertinentes figurent dans le courrier des lecteurs. Cette semaine j'y ai trouvé un courriel de Serge Terrasse avec lequel je suis en plein accord. Il se rapporte au débat que nos pantins gouvernementaux ont introduit sur "l'identité nationale".

Pour moi, "être Français", c'est un heureux hasard. Heureux parce que j'ai eu la chance de voir le jour dans le pays des droits de l'Homme, celui qui a la plus belle devise. Le pays de Montesquieu, Voltaire, Rousseau, Schoelcher, Zola, Hugo, Jaurès, Brassens, Ferré, et bien d'autres. Mais comment être fier, ou avoir honte, d'une situation que l'on n'a pas maîtrisé ? Je peux éventuellement être fier de ma carrière professionnelle, de mon épouse, pour avoir réussi à la séduire, de mes enfants, pour avoir contribué à leur éducation, etc. Les seuls qui peuvent être fiers (ou avoir honte) de leur pays, ce sont celles et ceux qui, grâce à leur volonté, et souvent par leurs efforts surhumains, l'on choisi.


connerie

Photo : René Maltête