[...] Dehors je jubjotais encore. Le pani-pané de la nuit dans mon aftoube m'avait paradoxalement mis à plat. Ma valvarope était comme le ciel. Dans la limogoulème tout était fermé ... Je me suis dit : "Bon, pas d'hembernoët aujourd'hui." Mais sur le chemin du retour, l'idée de ne pas avoir ma guézette du matin ... J'étais parti pour une bonne journée de bârues, à essayer d'éviter les chacards.

Dimanche, Gilles Pelletier *
* pseudonyme de Gil P. Le Thiais, écrivain et poète anonyme.

Pour comprendre ce texte, il va vous falloir un dictionnaire; mais pas n'importe quel dictionnaire. Celui-ci s'appelle Le Baleinié, sous-titré: Dictionnaire des tracas.

Voici comment les trois auteurs : Christine Murillo, Jean-Claude Leguay et Grégoire Oestermann vous le présentent :
Certains tracas, on se croyait seul à les subir alors qu'on était nombreux à les partager. Dès lors, les répertorier et leur donner un nom nous apparut de nécessité publique. Pour exemples :
- l'amateur d'huîtres connaît le doute qui l'envahit lorsque le jet de citron ne provoque aucune réaction chez l'animal ... et pas d'expression pour au moins en plaisanter ?
- il arrive à tous les automobilistes de manquer la bretelle de l'autoroute, et cela pour de multiples raisons (distraction, mauvaise connaissance du parcours, vitesse excessive, désir d'aventure, etc.), mais le camion qui vous masque systématiquement le panneau ne méritait-il pas de devenir un mot usuel ?
[...]
Le Baleinié n'a d'autre ambition que d'accompagner et consoler ceux qui ressentent l'exil de l'infortune
.

Fin de citation.

Ce dictionnaire dont on découvre l'utilité à chaque page commence donc par
A
comme Ablouseur (a-blou-seur) n.m. : personne qui vous parle de trop près, vous colle en marchant, boit dans votre verre et goûte dans votre assiette
et va jusqu'à
Z
comme Zoupard (zou-par) n.m. (sud de la Loire) : distance entre le ticket de péage et le bout des doigts tendus (ordin. 5,3 cm)
... et, évidemment, comme c'est un dictionnaire des tracas, il n'y a pas de Q.

Bon, je ne vous laisse pas languir, j'en extrais les mots de la phrase ci-dessus :

  • Jubjoter (jub'-jo-té) verbe : émerger d'un rêve sans savoir la fin et tenter d'y retourner pour connaître la suite.
  • Pani-pané (pa-ni-pa-né) n.m. : insomnie rythmée par :"j'rallume la lumière ou j'laisse faire le moustique?"
  • Aftoube (af-toub') n.m. : milieu de matelas mou.
  • Valvarope (val-va-rop') n.f. : chemise encore humide qu'on doit enfiler.
  • Limogoulème (li-mo-gou-lèm') n.f. : rue piétonne des centres-villes
  • Hembernoët (an-bèr-nou-èt') n.m. : encre sur le blanc de l'oeuf dur après la lecture du journal (se prononce {èm'-beur-not'} si l'encre est anglo-saxonne)
  • Guézette (ghé-zèt') n.f. : whisky à goût de Ricard.
  • Bârue (bâ-ru) n.f. : perte de temps quand on n'a rien à faire.
  • Chacard (cha-kar) n.m. : pied de table contre lequel vous vous heurtez violemment le petit orteil . prov. : "à tout chacard son orteil"

Un second tome est sorti, voici deux petits volumes que vous devez absolument avoir sur les rayons de votre bibliothèque.

baleinie_1          baleini_2