La commune que j'habite héberge, dans un bâtiment plus proche du monument historique à l'abandon que d'un ensemble moderne d'ateliers, un certain nombre d'artistes, charge à eux de présenter de temps à autre leur travail aux habitants de la commune et de participer parfois à diverses manifestations. Parmi ces artistes, il est un couple, dont j'apprécie particulièrement le talent (et je ne suis pas le seul), qui m'est cher puisque ce sont devenus des amis. Il s'agit de Chantal Perret et Laurent Maciet. Chantal, je vous en ai déjà parlé et j'ai fait un billet sur sa dernière exposition. Le présent billet a pour sujet son compagnon, Laurent Maciet.

Petite biographie

1961 :
Laurent Maciet né à Villemomble dans une famille qui s'intéresse à l'art. Son père peint et joue du violon. Son arrière grand-oncle, collectionneur, Jules Maciet a rassemblé des milliers de gravures et de photographies qu'il a données au Musée des Arts Décoratifs.
1981 :
Aprés des études en maths et dessins d'architecture il change de voie professionnelle et prend des cours à l'école du Théatre de l'Ombre, sous la ditection de Jean-Marc Bernard; il apprend les techniques du mime et du jeu masqué.
1986 :
Il met en scène Arlequin et ses deux maîtres de Carlo Goldoni avec la compagnie "Théatre en herbe" et le centre culturel d'Ozoir-la-Ferrière.Suivront Clair d'Usine de Daniel Besnehard et Rixe de Jean-Claude Grimbert.
1989 :
Il fonde la compagnie l'Univers Théatre à Moissy Cramayel et met en scène 4 spectacles dont Maître Pathelin en 2001.
2001 :
Il s'investit dans le projet "Pense pas tout seul, monte le volume", associant les structures sociales sénartaises.

Et c'est vers cette époque que je ferai sa connaissance.

Pour Laurent, "le théatre est ce qui rassemble tout ce qui est dans la vie. Une société qui n'a pas de théatre meurt."

Laurent a un talent protéiforme et, en dehors de la mise en scène, du théatre, de différentes activités au sein de la vie culturelle sénartaise et moisséenne, il produit des oeuvres diverses, gouaches, peintures, collages, dessins, etc. Ca a beau être un intermittent du spectacle qui a franchi plus d'une fois la porte des assedics,  c'est un grand producteur.

Du 2 octobre au 10 novembre 2006, il expose une partie de son travail dans "Le Hall", la salle des expositions de Moissy Cramayel. Cette expo s'intitule Traits et Lignes.

En voici quelques extraits. Un regret, mon maigre talent de photographe ne vous aidera pas à partager tout le plaisir que ceux qui ont assisté au vernissage ont éprouvé.

Quelques "encres"
DSCN1365
DSCN1363




















Des collages :

DSCN1375

Des peintures

DSCN1371DSCN1372

DSCN1383

Des gouaches

DSCN1374

J'ai demandé à Laurent de m'envoyer quelques mots expliquant son cheminement dans la construction d'une oeuvre, voici le petit texte qu'il m'a fait parvenir :

"Globalement, ma méthode de travail pourrait être définie comme empirique et aléatoire.
La mise en forme d'une oeuvre commence par un geste, une image, une forme et/ou une couleur en m'inspirant de la réalité. Ma réalité intérieure d'abord, mais aussi celle qui m'entoure.
Cette démarche que j'expérimente donc chaque jour, participe à laisser ouvertes toutes les interactions des possibilités de l'émotion. Elle s'organise au gré des dessins, des images concervées pour les collages et des différentes textures de la peinture qui s'assemblent. Cela offre la seule perspective, utopique, d'une harmonie  dans la quète d'un équilibre qui reste, par définition, précaire.
De mon point de vue, une démarche qui n'est que technique et raisonnée, est incompatible avec une pratique de création.
Il n'y a pas de commencement
(nota : je lui avais demandé comment il "démarrait" une toile, un dessin ou un collage). Ce qui conduit mon travail c'est le sens. Tous les "objets" réunis pour une oeuvre s'agrègent pour en servir le sens, et seulement le sens. En tout cas, c'est la tentative que je renouvelle à chaque fois.

DSCN1390