En ces périodes troubles où le gouvernement, par la magie d'un film (heureusement qu'on a inventé le cinéma !), vient de découvrir qu'il versait une pension honteuse à ses anciens combattants(*) étrangers qui venaient de leur sang pur (le sang impur, c'est pour ceux d'en face) arroser nos sillons, et où le triumvirat Le Pen/de Villiers/Sarkozy se battent, à coups de déclarations honteuses et malodorantes, pour récupérer une partie des voix des 50 à 60 % de bons français qui trouvent qu'il y a, sur notre sol, trop d'étrangers au km2, je vais me faire un plaisir de vous copier un texte que Camille Naudin a commis le 17 juin 1867 à la Nouvelle-Orléans; ça s'intitule La Marseillaise Noire

Fils d'Africains ! Tristes victimes,

Qu'un joug absurde abrutissait.

de monstres oubliant leures crimes,

Pensons à Jésus qui disait :(bis)

"Peuples, plus de sang, plus de guerre

Qui font rougir l'humanité,

Moi je suis la Fraternité,

Embrassez-vous, vous êtes frères."

Debout ! L'heure est venue, à chaque travailleur

Le pain (bis) qu'il a gagné, qu'importe sa couleur.

Assez longtemps Le fouet infâme

De ses sillons nous a brisés,

Sans nom, sans patrie et sans âmee;

Assez de fers ! De honte , assez ! (bis)

Que dans une sainte alliance

Les noirs et les blans confondus

A la mort des anciens abus,

Marchant tous pleins de confiance,

Debout ! L'heure est venue, à chaque travailleur

Le pain (bis) qu'il a gagné, qu'importe sa couleur.

Debout ! C'est l'heure solennelle

Où le vieux monde écroulé

Le despotisme qui chancelle

Vient couronner la Liberté,

La discorde reprend sa pomme,

La raison humaine grandit;

C'est l'intelligence et l'esprit

Et mon plus la peau qui fait l'homme.

Debout ! L'heure est venue, à chaque travailleur

Le pain (bis) qu'il a gagné, qu'importe sa couleur.

Plus d'ombre ! Partout la lumière,

C'est l'évangile qui paraît ;

Le blanc dit au noir : mon frère,

A jamais Caïn disparaît.

Plus de sang ! L'impie ignorance,

Arme terrible du tyran

Aux peuples s'entredéchirant,

Ne dit plus : mort, sang et vengeance.

Debout ! L'heure est venue, à chaque travailleur

Le pain (bis) qu'il a gagné, qu'importe sa couleur.

Allons ! Malgré votre race,

Hommes de couleur, unissez-vous ;

Car le soleil luit pour tous.

Que chaque peuple heureux prospère,

Au fronton de l'humanité,

Grave ces mots : en toi j'espère,

Tu règneras, Egalité.

C'est tout de même nettement moins guerrier que la nôtre ! Et finalement, en dehors des références religieuses, cela illustre assez bien la devise Liberté, Egalité, Fraternité.

(*) Je me suis toujours demandé à quoi pouvait servir un ministère des anciens combattants.
A l'occasion de cet affaire scandaleuse des pensions au rabais, on peut s'apercevoir qu'il est loin de s'occuper de la subsistance des gens qui ont servi de chair à canon pendant les guerres. Aujourd'hui, on tue plus facilement les civils que les militaires, mais dans les deux cas, de toute manière, c'est toujours le pékin qui n'y comprend rien, qui se trouve là où il ne faut pas , au moment où il ne le faut pas, qui trinque pour des intérêts qui le dépassent largement.